Une enquête a mis en évidence que les révélations d’espionnage de la NSA et les lois anti-piratage sont les raisons les plus fréquemment citées parmi les nouveaux utilisateurs de VPN lors de leur inscription à un compte.

Au cours des deux derniers mois, le scandale de PRISM a fait la une des médias.

Bien que cela ne soit une surprise pour personne que presque toutes les communications sur Internet sont surveillées et stockées, les révélations ont toutefois amené le grand public à avoir une réflexion sur la nécessité de protéger leur vie privée sur Internet.

Ainsi, les services protégeant la confidentialité des données sur Internet  tels que le moteur de recherche DuckDuckGo et le service d’email Hushmail ont vu une hausse du trafic. De nouvelles données montrent qu’il en est de  même  pour les fournisseurs de VPN .

Par le biais d’un questionnaire, IVPN a mené une enquête auprès de 1.054 nouveaux clients, afin de comprendre la motivation de leur inscription.

Les résultats ci-dessous montrent que le scandale de PRISM était la raison la plus mentionnée avec 28%, suivie de plusieurs initiatives et lois  anti-piratage.

vpn-enquête

La mention des initiatives anti-piratage SOPA, CISPA et ACTA est remarquable. Tous ces projets de loi ont échoué  il y a plus d’un an, mais sont encore largement cités comme raison pour prendre un VPN. Pour beaucoup, ils sont sans doute considérés comme un synonyme de lois anti-piratage en général.

IVPN  révèle qu’ils ont connu une augmentation de 56% des inscriptions au cours des mois de Juin et Juillet. Bien que ce soit une hausse  importante, ils ne sont pas les seuls à avoir remarqué un boom dans leurs affaires.

Privacy.io a indiqué à TorrentFreak qu’ils ont également remarqué une augmentation de leurs abonnés, mais rappelle qu’un VPN est loin d’être le Saint-Graal quand il s’agit de surveillance telle que celle effectuée par la NSA .

« Sur la base de courriels que nous avons reçus, beaucoup plus de gens font référence à la NSA, mais un VPN n’est pas la solution pour sortir de PRISM. La question n’est pas de données venant de vous, mais de l’endroit où elles atterrissent « .

IVPN note également que si un VPN permet de masquer votre navigation et les habitudes de téléchargement, il ne va pas empêcher la NSA de lire  vos e-mails ou d’ écouter vos conversations Skype.

« Evidemment, utiliser TOR ou un VPN ne va pas empêcher la NSA de lire votre boîte de réception Gmail. Donc dans un sens technique, utiliser un VPN spécifiquement pour contrer PRISM ne fonctionnera pas. »

Actuellement la seule solution pour des citoyens qui voudraient échapper totalement à la surveillance de masse …serait de ne plus utiliser Internet , et de jeter son téléphone…

http://torrentfreak.com/nsa-spying-and-anti-piracy-laws-boost-demand-for-vpns-130824/

Partagez cet article :