[h4] Avant d’arriver au pouvoir, notre président souhaitait nous débarrasser sans contrepartie d’HADOPI.

Ayant ensuite retourné sa veste, il a décidé de remplacer HADOPI par « L’acte II de l’exception culturelle ».

Le lancement de la concertation sur « l’Acte II de l’exception culturelle » a été confié à Pierre Lescure, et les synthèses et propositions devaient être publiées fin mars.

Mais la « Mission Lescure » a pris du retard. Après avoir annoncé qu’il faudrait attendre mi-avril,  il est désormais annoncé que le précieux document ne serait pas dévoilé avant le 6 mai 2013.

Pourquoi une si longue attente pour ce torchon? Peut-être pensent-ils que le plus tard sera le mieux? Il est vrai qu’ à la veille des examens, partiels, et autres vacances d’été les internautes sont moins aptes à se mobiliser…

En effet, ne nous y trompons pas, la mission Lescure n’améliorera en rien nos libertés numériques en détruisant HADOPI…[/h4]

hadopi-encu

 [h4]Au vu des éléments fournis aux journalistes, la mission Lescure proposera à HADOPI  de garder sa fonction d’envoi de SPAMS aux internautes, mais la dernière phase (tribunal ) devrait disparaître.

Là où cela est machiavélique, c’est que si HADOPI n’attaque plus en justice les téléchargeurs, les ayant droits (SACEM et co) qui continueront à recevoir les  IP repérées par TMG pourront le faire, et cela semble avoir commencé.

Inutile de vous dire que si HADOPI est incapable de vous faire condamner  pour « défaut de sécurisation », les majors, elles, sont aptes à vous faire condamner pour » contrefaçon. » 

La mission Lescure a également donné des pistes pour s’occuper des sites de Streaming et DDL, dont les utilisateurs sont actuellement à l’abri de la loi HADOPI.

Les sites non coopérants pourrait être déréférencés,étranglés financièrement, voir censurés.

Outre une censure de site pour des questions de copyright, dans « non-coopérant », nous pouvons tout imaginer.

On commencera bien entendu par dire qu’il s’agit d’exiger que des sites suppriment des contenus à la demande des ayants-droits. Sauf que cela, la loi LCEN l’impose déjà.

En revanche, rien ne nous dit que dans l’avenir, les sites ne soient  dans l’obligation de fournir  l’ IP des internautes qui mettent des fichiers à disposition, et de ceux qui les téléchargent/visionnent en streaming.    

Difficile pour l’heure de connaître le sens définitif des préconisations de la mission lescure, mais nous attendons le papier toilette avec impatience… et espérons que vous serez nombreux à vous mobiliser pour exiger une fois pour toute la légalisation du partage de fichier![/h4]

 

rejoignez le groupe « entre défenseurs du net » ici  : http://www.facebook.com/groups/456749607688139/

Partagez cet article :