[h4] Les majors veulent le beurre, l’argent du beurre  et la crémière…mais le plus grave c’est surtout qu’ils arrivent à l’obtenir!

D’un côté, on nous bassine  que le téléchargement illégal est du vol car un MP3 a de la valeur… mais de l’autre, on souhaite vous  interdire de le revendre.

Cette affaire concerne ReDigi, un service lancé  il y a un peu plus d’un an aux États-Unis, et qui permet d’acheter et de revendre des MP3 d’occasion.

ReDigi utilisait pourtant un logiciel permettant de vérifier la  légitimité des fichier Itunes avant de les transférer et de les supprimer.

Dans un arrêt rendu public ce lundi, le juge a déclaré que la société ReDigi n’était pas autorisée à permettre aux internautes de vendre ou d’ acheter des morceaux provenant d’ iTunes. Les dédommagements accordés à la maison de disque ne sont pas encore connus.

 Redigi, qui annonçait en début d’année qu’il offrirait  prochainement ses services en Europe, n’a pas encore réagi  sur le sujet.

L’année dernière, la Cour de Justice de l’Union Européenne a estimé qu’un éditeur de logiciels ne pouvait s’opposer à la revente de ses logiciels, même si ceux-ci avaient initialement été distribués sous forme numérique.

C’est une bonne nouvelle pour Redigi, encore faudrait-il qu’il ait les moyens de se relever après cette condamnation…[/h4] 

source: myceredigi

Partagez cet article :