[h4]et hop une de plus!

Une nouvelle étude financée par l’UE et publiée par l’IPTS montre que le piratage en ligne ne nuit pas aux ventes  de musique numérique.

Les chercheurs ont examiné les habitudes de navigation de 16.000 Européens et ont même trouvé qu’il y a un lien positif entre le piratage en ligne et les visites des boutique légales online. Dans l’ensemble, les chercheurs ont constaté que la piraterie a un effet positif sur les ventes de musique..

« Il semble que la majorité de la musique qui est consommée illégalement par les individus de notre échantillon n’aurait pas été achetée même si les sites  illégaux n’étaient pas accessibles », écrivent-ils.

« L’effet complémentaire de la diffusion en ligne suggère un effet stimulant de cette activité sur les ventes de musique numérique»

« Cela signifie que les clics sur les sites d’achat légaux (en ligne) auraient été de 2% inférieur en l’absence de sites de téléchargements illégaux.» écrivent les chercheurs.

« L’effet des sites légaux de streaming GRATUIT  est encore plus grand,  estimé à 7 %. » 

Les chercheurs admettent qu’il pourrait y avoir des facteurs externes qui influent sur ces effets, mais concluent que les résultats ne prouvent pas que le piratage nuit à la vente de musique numérique en Europe. Au contraire, les données suggèrent une relation positive entre les téléchargements illégaux et les ventes de musique.

«Bien qu’il y ait intrusion dans les droits de propriété des ayants droit, il est peu probable que cela nuise sur les revenus de musique numérique. »

Bien que les résultats soient clairs, les chercheurs ne veulent pas formuler de recommandations de politiques spécifiques.

Ils font, cependant, noter que l’industrie de la musique ne doit pas être préoccupée par le piratage en ligne.

« De ce point de vue, nos résultats suggèrent que le piratage de musique numérique ne doit pas être considéré comme une préoccupation croissante pour les détenteurs de droits d’auteur à l’ère numérique. En outre, nos résultats indiquent que les nouveaux canaux de consommation de la musique tels que le streaming en ligne ont une incidence positive sur les propriétaires de droits d’auteur. « 

Ce qui précède va certainement influencer le débat du droit d’auteur en Europe.

Ceux qui sont contre la surveillance accrue et la police des contenus protégés auront maintenant des preuves solides pour étayer leurs revendications. De son côté, la Mafia du divertissement risque de ne pas beaucoup apprécier cette étude.

Vous aussi, vous pensez qu’il est temps d’exiger la légalisation du partage de fichiers et vous êtes prêt à descendre dans la rue pour cela?

Si vous utilisez facedebouk, vous pouvez  rejoindre ici le groupe « entre defenseurs du net » pour préparer une manif.  (site en cours de préparation)[/h4]

 

source : Torrentfreak

Partagez cet article :