La RIAA et autres titulaires de droits d’auteurs compilent chaque année une liste de « sites à abattre » qu’elle remet au gouvernement.

Le groupe  en profite pour remercier les efforts du gouvernement ayant contribué à la disparition de btjunkie, Demonoid, Megaupload et d’autres ….

[box] »Nous voulons prendre un moment pour réfléchir sur le fait que, grâce en grande partie aux efforts du gouvernement américain pour mettre en lumière les pratiques illicites, certains des sites pirates que nous avons identifiés dans la présentation de l’année dernière ne figurent plus dans ce classement, » indique la RIAA .[/box]

Mais en dépit de ces succès, le problème du piratage n’a pas disparu.

Les maisons de disques ont donc établi une nouvelle liste de « sites à abattre qui (disent-ils)  profitent directement ou indirectement de la violation de copyright. 

Cette année, les pires sites BitTorrent incriminés par la RIAA sont The Pirate Bay, isoHunt, Torrentz, KickassTorrents, BitSnoop, SumoTorrent, Torrenthound, BTmon, ExtraTorrent, Fenopy, LimeTorrents et TorrentReactor.

The Pirate Bay est signalé comme particulièrement problématique, car c’est l’un des rares sites qui ne répond pas favorablement aux demandes des titulaires de droits d’auteurs. La RIAA informe en outre le gouvernement que le site continue de fonctionner malgré les condamnations pénales à l’encontre de ses anciens exploitants.

Outre les sites BitTorrent, la RIAA énumère également plusieurs sites de liens et des hébergeurs de fichiers quelle considère désormais comme le paradis du piratage.

La RIAA admet que la plupart des sites  suppriment des liens quand on leur demande, mais indique que ces demandes de retrait n’ont pas l’effet désiré car le contenu peut tout simplement être re-uploadé par les utilisateurs du site.

[box] «Un des principaux problèmes avec l’utilisation de demandes de retraits est que le même fichier peut facilement et très rapidement être remis. »[/box]

La RIAA veut mettre fin à ce jeu du « chat et de la souris » et souhaite que les sites prennent des mesures proactives pour s’assurer dès le départ que des fichiers contrefaits ne soient pas ajoutés à leur service.

[box] « En conséquence, les titulaires de droits sont contraints à un interminable jeu du  chat et de la souris, ce qui exige des ressources considérables pour se consacrer à la chasse aux contenus contrefaits, alors que ce même contenu ne cesse de réapparaître. «  [/box]

[box] « Pour cette raison, les opérateurs de sites de partage de fichiers devraient prendre des mesures pro-actives pour stopper l’indexation. »[/box]

Indirectement, la RIAA demande donc que la  DCMA (transposée en loi LCEN en Europe) évolue à son avantage. Actuellement,  un hébergeur ou plus précisément un prestataire technique n’est pas responsable de ce que font les utilisateurs de leurs services, pour peu qu’ils suppriment les fichiers illégaux, après avoir été averti par les ayants droit.

Espérons que les rêves de la RIAA ne deviennent jamais réalité !

 

 https://torrentfreak.com/riaa-bittorrent-sites-and-cyberlockers-should-filter-proactively-121114/

Partagez cet article :