Ce lundi en Australie, Google a été condamnéà 160.000 euros de dommages et intérêts pour diffamation après la parution sur le moteur de recherche d’informations liant une personne  à la pègre locale.

En 2004, le producteur de musique Milorad Trkulja avait été visé par des coups de feu dans un restaurant.

Par la suite, il aurait  été associé aux grandes figures du crime organisé , mais l’enquête n’a jamais abouti.

En tapant son nom sur google, le moteur affichait de nombreux sites et articles en rapport avec  la mafia locale.

Pour la Cour suprême d’Australie, Google doit être tenu responsable des contenus qu’il héberge au même titre que les bibliothèques ou les marchands de journaux « auxquels a parfois été reconnue la qualité d’éditeur dans le cadre de la loi contre la diffamation« .

En d’autres termes, Google, considéré comme un simple « éditeur », est de ce fait totalement responsable de la totalité des liens qu’il diffuse.

[box] « Les résultats de recherche sur Google reflètent le contenu et l’information disponibles sur la toile », a déclaré un porte-parole de la firme.[/box]

[box]  De même, « les sites apparaissant dans les résultats de recherche sur Google sont contrôlés par les administrateurs de ces sites, pas par Google », a-t-il ajouté. [/box]

Cette année, Milorad Trkulja a déjà gagné un premier procès contre Yahoo pour les mêmes motifs, affaire qui lui a déjà permis d’encaisser 225 000 dollars australiens.

Google annonce qu’il fera appel de la décision. Si une telle condamnation se confirme et fait jurisprudence, google a du souci à se faire, et nous aussi car en tant qu’éditeur, il se devrait de contrôler et de s’assurer de la légalité de tous les sites qu’il diffuse.

En extrapolant, on pourrait imaginer que Google puisse blacklister TorrentNews, sur prétexte qu’il se peut que nous utilisions des images sans demander d’autorisation... (pourtant on essaye d’éviter… :p)

On pourrait imaginer aussi que google ne diffuserait plus de liens vers des site P2P ou de streaming, sous prétexte d’être tenu pour responsable d’éventuels actes illégaux.

 

Partagez cet article :