Opération Anonymous TrapWire – ci dessous traduction approximative du Communiqué de presse

[box] Citoyens des Etats-Unis d’Amérique –

Ce week-end, ont été révélés par Wikileaks les détails d’un système connu sous le nom « TrapWire » qui utilise la reconnaissance faciale et d’autres techniques telle que l’intelligence artificielle, pour suivre et surveiller les personnes, en utilisant un nombre incalculable de caméras en circuit fermé gérées par les villes, les établissements publics, mais aussi par les entreprises privées.

Ce programme surveille également tous les médias sociaux sur Internet.

Le logiciel est présenté comme une méthode permettant de prévenir le terrorisme, mais peut bien sûr être également utilisé pour assurer une surveillance sans précédent et donner des capacités d’extraction de données à des gouvernements et entreprises – y compris ceux ayant un historique d’avoir utilisé les nouvelles technologies pour violer les droits des citoyens-
TrapWire est déjà utilisé à New York, Los Angeles, Las Vegas, Texas, DC, à Londres, et d’autres localités à travers les Etats-Unis.

Les agents de l’ex-CIA, qui participent au fonctionnement, sont de vieux amis du vice président Stratfor Burton Fred,qui les auraient informés de leurs propres capacités dans des emails obtenus par Anonymous et fournis à WikiLeaks.

Stratfor a participé à plusieurs opérations de surveillance contre les militants, tels que ceux qui défendent les victimes de la catastrophe de Bhopal – au nom de la grande corporation des États-Unis

Des emails de Burton ont révélé que ce dernier avait plaidé pour la «faillite» et pour «ruiner la vie » des militants comme Julian Assange.
TrapWire est extrêmement coûteux à entretenir,ce qui est généralement fait aux frais du contribuable; le comté de Los Angeles a, à lui seul, dépensé plus de 1,4 millions de dollars sur l’utilisation du logiciel en une seule période de trois mois pendant l’année 2007.
Bien que la plupart des régions dans lesquelles opère TrapWire ne partagent pas leurs informations entre elles, tout cela est en train de changer, comme indiqué dans un e-mail ayant fuité: «Je pense qu’avec le temps, les différents réseaux vont commencer à s’unir « , notant que plusieurs réseaux ont déjà entamé des discussions sur la fusion de leurs informations.

En Juin 2011,la police de Washington a été engagée dans un projet pilote dans le cadre du Departement de la Sécurité intérieure qui est susceptible d’être conduit à davantage de villes en utilisant TrapWire sur une base plus intégrée.

Abraxas, l’entreprise impliquée dans les applications développées TrapWire en 2007, a longtemps été impliqué dans une pratique peu connu comme personnage de gestion, ce qui implique l’utilisation de faux comptes en ligne pour recueillir des renseignements et / ou diffuser de la désinformation.

Plus nous en apprenons sur les systèmes TrapWire et similaires, plus il devient tout à fait clair que nous devons à tout prix arrêter ce système et le rendre inutilisable.

Un cerveau électronique géant capable de nous suivre à travers un accès à toutes les caméras de vidéosurveillance et qui se nourrit de nos informations en ligne en scannant les médias sociaux est monstrueux et orwellien dans ses implications et possibilités.

Le Front de Libération des Peuples et anonymous appellent désormais aux armes, pour enterrer le sort de ce programme illégitime.

Nous allons utiliser les tactiques suivantes pour atteindre cet objectif:

1) Le PLF et anonymous travailleront en étroite collaboration avec WikiLeaks et le projet PM pour recueillir, analyser, communiquer et diffuser autant d’informations que possible au sujet de TrapWire et des technologies et programmes connexes. Cela a commencé ce week-end, et beaucoup en ont déjà appris.
Et ils ont peur de cela, déjà de nombreux sites contenant des données sur TrapWire disparaissent – prises par ceux qui ne veulent pas que vous sachiez la vérité sur ce qu’ils font.

Suite à ces révélations, WikiLeaks a supporté une attaque DDoS massive dans une tentative de dissimuler cette information auprès du public.

Nous le faisons non seulement pour éduquer le grand public sur TrapWire, mais aussi pour lui permettre de faire pression sur leurs représentants afin d’ arrêter le financement des programmes de tous les systèmes semblables de surveillance massive, et d’adopter des lois interdisant la création de futurs projets de ce type.

2) APPEL À L’ACTION – « Smash A Cam Saturday »: TrapWire a accès à la quasi-totalité des videosurveilances qui ont une IP / connectivité à Internet. Nous avons préparé une carte initiale / base de données de ces caméras à travers les USA, et nous allons continuer à élargir cette base de connaissances.
http://goo.gl/maps/zhxUN

Bien que cette base de données soit un bon guide, nous encourageons tout le monde à cibler tous les appareils ayant une connectivité Internet. Nous demandons à tous de saboter au moins une vidéosurveillance par semaine, ce que nous appelons « Smash Un samedi Cam ».

Nous avons fourni ce manuel pour les différentes tactiques et stratégies pour désactiver ou détruire ces «yeux de la bête ».

3) Comme indiqué ci-dessus, ce « monstre » n’a pas seulement des yeux – il a aussi des «oreilles».
TrapWire surveille en permanence les médias sociaux. Par un étrange coup du sort, la société qui a développé TrapWire travaille aussi sur un programme appelé « sock-puppe « (chaussette de marionnettes).
Il s’agit de projets visant à créer des milliers de personnages fictifs sur les médias sociaux. Nous allons transformer cette idée contre eux, créant ainsi des milliers de comptes fictifs et les utiliser pour produire un déluge de fausses alarmes pour le programme TrapWire.

4) Hack / DDoS entreprises / collectivités locales sont prévus contre ceux qui utilisent Trapwire pour les empêcher de poursuivre l’utilisation des services Trapwire.

5) Enfin, le Front populaire de libération et anonymous feront ce qu’ils font de mieux. Nous trouverons, hackerons – et détruirons les serveurs où l’intelligence artificielle de ce programme est logée.

Opération TrapWire est une action directe des Anonymous USA.
TrapWire n’est qu’un exemple de la façon dont le gouvernement des États-Unis s’est retourné contre ses propres citoyens, en les désignant comme des suspects et des ennemis.
Maintenant, il est temps que ces citoyens se lèvent et reprennent leur pays et leur liberté. Bienvenue dans la deuxième révolution américaine.
Connectez-vous via l’irc :/ / irc.anonops.com / # optrapwire ou le port 6697 pour SSL
Nous sommes Anonymous
Nous sommes Légion
Nous ne pardonnons pas
Nous n’oublions pas
Attendez-vous à nous.
Renseignements supplémentaires –
http://publicintelligence.net/unravelling-trapwire/
http://wiki.echelon2.org/wiki/Cubic_Corporation # Abraxas.2FAnonymizer
Graphique: http://imgur.com/QN6OP

http://pastebin.com/B1gWGgtf

[/box]

Partagez cet article :