Pour la première fois, un homme a été condamné à une amende de 300 euros (dont 150 euros avec sursis) après avoir reçu 3 avertissements de la HADOPI. Il devient ainsi le premier internaute condamné par « HADOPI ».

L’homme ne connait en fait pas grand chose en informatique, et c’est son ex- femme qui serait coupable d’avoir téléchargé 2 chansons de Rihanna.

Sa plus grande erreur aura certainement été de dénoncer sa femme !

[box]Depuis Octobre 2010, avec un budget de 12 millions d’euros par an, Hadopi aurait réussi à repérer un total de 3 millions d’adresses IP.

  • Sur ces 3 millions, seulement 1 million d’internautes auraient reçu un premier  avertissement.
  •  Par la suite, un peu plus de 100 000 internautes auraient été de nouveau repérés et auraient reçu un second avertissement.
  • la HADOPI n’aurait ensuite réussi à repérer que 340 internautes qui ont alors reçu le 3 ème avertissement par lettre recommandée.
  • Sur ces 340 internautes, seulement 14 seront présentés devant le tribunal.[/box]

Pourquoi un nombre si faible?

La réponse est simple: HADOPI est aussi solide qu’un chateau de cartes qui risque de s’effondrer au moindre courant d’air !

Ainsi, il parait évident que pour éviter tout litige qui lui serait inévitablement préjudiciable, la Hadopi ne peut faire condamner que des internautes qui ont avoué leur horrible crime!

Sûr de son innocence, l’homme de 40 ans a expliqué à la cour que c’est son ex-femme qui a téléchargé illégalement à son insu.

Son ex-femme a également avoué au tribunal que c’était elle qui était coupable d’avoir téléchargé deux morceaux de Rihanna.

Mais ce faisant, elle a offert au tribunal la possibilité de faire condamner son ex-mari!

En effet, afin de ne pas être anti-constitutionelle, la HADOPI n’ attaque pas les internautes pour téléchargements illégaux.   Afin de contourner astucieusement la loi, HADOPI attaque l’internaute pour « manque de  sécurisation de son accès à internet «  qui aurait permis à un tiers de télécharger illégalement.

Or peu importe la sécurité utilisée, rien n’est inviolable, et ça, l’hadopi le sait bien ! De plus, la Hadopi aurait du approuver des logiciels de sécurisation dédiés aux internautes, mais à ce jour aucun n’existe.

De ce fait HADOPI ne peut faire condamner QUE des internautes ayant auparavant avoué le crime que leur accès à internet a bien été utilisé pour télécharger illégalement…

Et c’est exactement ce qu’a fait le mari en dénoncant que c’est son ex-femme qui téléchargeait illégallement.

Pour la cour, peu importe qui a téléchargé, le titulaire de la ligne est bien légalement le coupable du défaut de sécurisation de son accès qui a bien permis à des téléchargements illégaux d’être effectués.

Il écope d’une amende de 300 euros dont 150 avec surcis. Evidemment, il ne fera pas appel, notamment du fait que cela coûterait plus cher de prendre un avocat que de payer l’amende…

Ce qui nous rassure dans cette histoire, c’est qu’il y a seulement 14 personnes qui passeront devant la justice, et qu’à coup sûr, il s’agit de 14 personnes ayant avoué qu’elles ou l’un de leur proche avait effectué des téléchargements illégaux.

Cela veut donc dire qu’en France, il y a beaucoup moins de Mr et Mme Michu qu’on le pense!

Bon, nous ne le répéterons pas assez : HADOPI est une machine à SPAM de pacotille, incapable de prouver quoi que ce soit!

Si vous êtes comme des milliers de personnes accusées (à tord :p) par HADOPI, répondez simplement:

« C’est pas moi, j’ai vérifié et je n’ai aucun de ces fichiers sur mon ordinateur, mon accès est parfaitement protégé, je ne comprend vraiment pas. »

La Hadopi n’aura alors comme choix que  d’aller chercher un autre Mr Michu…

 

 

 

Partagez cet article :