Etant l’un des dix plus grands sites de partage de fichiers sur Internet, Hotfile est devenu une cible de choix pour Hollywood.

En Février de l’année dernière, l’inévitable s’est produit lorsque la MPAA a déposé une plainte contre le service de fichiers d’hébergement Hotfile. Depuis, il y a eu des dizaines de documents judiciaires des deux cotés, et hotfile a même  poursuivi la Warner Bros pour avoir abusé de ses outils  de takedown permettant de demander le retrait d’un fichier.

Après une interruption de quelques mois, les deux parties sont de retour.

La MPAA espère éviter un procès et a demandé un jugement par défaut sur les violations des droits d’auteurs qui auraient été commises par Hotfile. De son coté Hotfile accuse la MPAA de jeu déloyal, et insiste sur le fait qu’ils sont un simple  fournisseur de services et souhaite qu’un jury décide de l’issue de l’affaire.

Dans son dépôt, la MPAA donne un aperçu des raisons pour lesquelles elle estime que le tribunal devrait déclarer Hotfile coupable. Selon eux, le service d’hébergement de fichiers n’a pas construit son activité sur du stockage numérique légal, mais à encouragé les utilisateurs à télécharger un contenu illicite.

[box] « Hotfile a encouragé la distribution massive de fichiers illégaux »écrit la MPAA.[/box]

[box] «Il est donc responsable,  quel que soit le pourcentage d’utilisation dans le but de stockage. De même, lorsque Hotfile paye les utilisateurs qui upload des fichiers «populaires» –  il était presque certain que beaucoup de ces dossiers seraient contrefaits ».[/box]

Dans un précédent dépôt ,Hotfile a montré que les fichiers les plus téléchargés étaient en fait des logiciels Open Source, mais c’est un point discutable selon la MPAA. En fait, la MPAA décrit Hotfile comme l’inducteur le plus flagrant de violation de copyright à comparaître devant un tribunal dans un cas le piratage en ligne.

[box] « Le fait que certains des fichiers les plus populaires n’étaient pas des contrefaçons, comme Hotfile le soutient, n’est pas la question. Aucun autre accusé précédent n’a eu un comportement ayant conduit de manière aussi flagrante à la violation de copyright  » écrivent-ils.[/box]

[box] « Le seul fait que les revenus d’ Hotfile ont dégringolé de 94% lorsque Hotfile a tardivement commencé à mettre fin aux récidives ne laisse aucun doute sur le fait que le« sens commercial »de Hotfile était l’infraction de copyright. »[/box]

En plus de clamer qu’ Hotfile tirait profit des infractions au copyright, les courriels internes obtenus par la MPAA montrent également que les employés d’Hotfile auraient directement aidé  les utilisateurs à enfreindre le droit d’auteur.

[box]«C’est dans ce contexte que les accusés ont reconnu dans des communications internes, qu’ Hotfile était un« phare pour les contenus non-autorisés », et ont ouvertement encouragé un utilisateur à télécharger des émissions de télévision et fourni une assistance technique aux utilisateurs ouvertement engagés dans la violation du droit d’auteur», écrit la MPAA . [/box]

Dans un nouveau dépôt , Hotfile nie les allégations et affirme que la MPAA assimile constamment son service à des contrevenants déjà condamnés comme Grokster, Limewire Napster et, souvent, sans aucune preuve à l’appui.

[box] « Les insultes et les exagérations ,ne  sont pas le substitut d’une  preuve » écrit l’équipe juridique d’ Hotfile à la cour.[/box]

Hotfile explique qu’ils offrent un service de stockage neutre pour des millions d’utilisateurs, avec beaucoup d’utilisations légales.

[box]  «La preuve démontre que Hotfile est un service de stockage de fichiers d’hébergement et de cloud ​​sur laquelle des millions de personnes à travers le monde font confiance, rien de semblable à  Napster ou autres« contrevenants notoires »de cas passés. »[/box]

En plus de soutenir que les fichiers les plus téléchargés sont des logiciels Open Source, Hotfile défend également son programme d’affiliation, en faisant remarquer que cela permet aux développeurs de logiciels de générer des revenus alors qu’ils donnent gratuitement leurs applications.

Le service d’hébergement de fichiers ajoute en outre que la plupart des fichiers présents sur Hofile n’ont jamais été téléchargés, mais simplement utilisés en tant que stockage de sauvegarde (cloud), et que la société a fait des efforts considérables pour limiter la diffusion de matériel protégé par copyright.

[box] «La majorité des fichiers d’ Hotfile sont simplement stockés et n’ont jamais été téléchargés. Hotfile a mis en place des mesures approuvées par les demandeurs. Chacun de ces faits sont établis par une preuve probante et recevable »,  écrit Hotfile.[/box]

Hotfile demande donc à la Cour de rejeter la requête en jugement sommaire et de soumettre l’affaire à un véritable procès.

La MPAA, de son côté, à fait valoir que le jugement sommaire est justifié et veut qu’ Hotfile soit arrêté dès que possible.

Le juge doit maintenant décider des suites de l’affaire, mais quels que soient les résultats, l’affaire devrait créer un précédent important pour l’avenir des services d’hébergement cloud similaires qui opèrent aux États-Unis.

[button link= »http://torrentfreak.com/mpaa-hotfile-is-the-most-blatant-pirate-site-of-all-120908/ » newwindow= »yes »] TorrentFreak[/button]

Partagez cet article :