[box] [/box]

Samedi, nous apprenions que google avait décidé de sanctionner les sites accusés de piratage,en se basant sur les demandes de retraits effectuées par les ayants droits.

Jusqu’à présent, google se contentait de retirer des liens vers les pages contenant du contenu appartenant aux majors.

Désormais, le but est de déréférencer entièrement les sites ayant reçu plusieurs demandes de retrait.

Nous vous avions expliqué que cela pourrait être une catastrophe pour  beaucoup de sites ayant de nombreux contenus légaux, mais recevant également de nombreuses demandes de retrait… et nous avion pris l’exemple de Youtube.

Au final, l’exemple était très mal choisi. En effet, nous apprenons aujourd’hui que GOOGLE pourra censurer tous les sites… sauf les siens comme youtube ou blogger!

Explication: Pour censurer les sites, google se basera sur les demandes de retrait effectuées par les ayants-droits. Dans son « rapport de transparence », google donne la liste des sites : [box]  Sites ayant reçu le plus grand nombre de demandes de retrait[/box] Mais voilà, dans cette liste, aucune trace d’aucun site appartenant à Google !

La réponse se trouve sur la page suivante.  En tout petit à droite, on clique sur « Qu’est-ce qui n’est pas inclus » ( what’s not inclued) et hop le message caché apparaît :

[box] »les requêtes vers les autres services de google comme youtube ou blogger ne sont pas incluses « [/box]

Et pour protéger Youtube, la technique est très simple.

Pour déréférencer un site, Google se base uniquement sur les demandes de retrait qu’il a personnellement reçues. Or il est impossible de faire une demande de retrait pour un lien vers Youtube !

Comme vous pouvez le voir dans la copie d’écran ci-dessous, si vous souhaitez faire une demande de retrait d’un lien vers youtube, google n’accepte pas votre demande et vous invite à la formuler directement auprès de youtube.  Du coup, comme ce n’est pas une plainte à Google, Google ne censure pas youtube. Machiavélique à souhait!

[box] [/box]

Si Google est encore votre ami, la question est… pour encore combien de temps?

Partagez cet article :