Hier nous vous rapportions qu’une société imprimant des tasses et des tee-shirts avait déposé le logo et le slogan Anonymous.

Depuis ce matin, la boutique en ligne http://www.pickapop.fr/ a été mise hors ligne par son gérant. (il en est de même pour la boutique ebay, où tous les produits ont été volontairement retirés de la vente, et pas seulement les produits « Anonymous »)

A la place de la boutique en ligne, le responsable du site a rédigé un communiqué à l’attention des Anonymous. Outre les « explications » qu’il donne, il indique que toute activité du site sera stoppée tant que le différent ne sera pas résolu: (Merci à Jean-Paul C pour la Traduction sans « accents » :p)

[box] « Bonjour à toutes et à tous.
Au sujet du dépôt des logos et credo Anonymous par ma société que les médias ont exposé récemment, voici ma réponse complete aux questions que vous vous posez peut-être :

Des erreurs certaines dans la communication autour de ce geste ont été commises, et il me semble important de vous apporter les éclaircissements nécessaires concernant ce que vous voyez, à tort je pense, comme une ignominie.

La société Early Flicker est une petite entreprise qui propose à chacun de personnaliser des objets divers, à l’effigie de pays, de personnages ou d’idées qu’ils défendent. Ses profits sont minimes, nous ne vendons que 2 ou 3 objets par jour mais l’idée était sympathique, ludique et m’a enthousiasmé.Souvent lorsqu’un client d’un site tel que celui-ci commande un modèle (et c’est le cas sur tous les sites de ce type, dont une bonne majorité proposent également les logos et credo Anonymous), le vendeur se doit de vérifier que ces images sont libres de droit, au risque de difficultés judiciaires. J’ai donc régulièrement vérifié l’absence de dépôt de ces modèles jusqu’à il y a plusieurs mois (février 2012), lorsque j’ai eu l’idée de les déposer moi-même. Ceux-ci étaient alors garantis d’être utilisables de façon gratuite et légale…pour tous! Depuis le dépôt AUCUNE INTERDICTION n’a été mise en place pour leur utilisation, et AUCUN CENTIME n’a été réclamé à travers le copyright.Je rappelle que lors du dépôt d’un logo, l’exclusivité ne revient au dépositaire que par ses propres actions, à savoir l’interdiction de vendre pour les autres. Or en plusieurs mois ceci n’a jamais été fait (je n’ai pas attendu ces deux derniers jours pour choisir cette ligne de conduite), et ne le sera jamais. Et pourtant sur internet, les cibles eût été nombreuses! L’idée elle-même de m’enrichir en opposant un copyright (d’une icône dont je ne suis pas l’auteur) à des gens qui se reconnaissent dans certains principes que je comprends parfaitement de par mon métier, et auxquels je crois, ne m’est jamais venue à l’esprit.<br/> L’évidence, que je pensais acquise, autour de mon geste, ne m’a pas poussé à le justifier, ce qui explique je suppose la colère et l’indignation de certains d’entre vous aujourd’hui.Il semblerait que l’information ait été relayée il y a quelques jours seulement, mon action était jusque là passée inaperçue, pour la simple et bonne raison que je n’ai pas cherché à revendiquer quoi que ce soit, ni à « faire le buzz ». Le dépôt a été fait dans la discrétion absolue en février et n’avait alors fait aucune vague. Je suis toujours sous le coup de l’étonnement face à la folie qui en resulte aujourd’hui, mais qui a au moins le mérite de prouver notre réactivité devant une menace contre notre liberté d’expression. Peut-être un peu moins de naïveté de ma part m’aurait évité cette situation, mais j’avoue ne pas avoir vu les choses telles qu’elles sont présentées à ce jour. Le dépôt n’est pas cher, et assure une parfaite liberté d’action, les questions que se posent les médias sur « l’objectif poursuivi par un tel acte » ne se sont pas posées à moi.Soyons clairs, il n’est absolument pas question de créer une « marque » Anonymous.
Je ne produis pas de séries, mais à l’unité et à la demande, je n’ai jamais vendu en gros de t-shirts à l’effigie du mouvement, je ne fabrique aucune étiquette ni aucun signe de reconnaissance de mes produits. Je ne fais que poser une image sur un objet, au choix du client, comme le font des centaines d’autres sites comme le mien.Il est effectivement important que chacun soit conscient (moi y compris) que les logos et credos Anonymous, non seulement ne m’appartiennent pas, mais n’appartiennent à personne, qu’il n’est peut-être pas si inacceptable qu’ils soient protégés par quelqu’un qui ne cherchera pas à en tirer profit, et que parfois il peut être sage d’utiliser les armes de l’ennemi pour se défendre (pourquoi pas jusqu’au copyright). Certains répondront que c’est tout le principe de Creative Commons, cependant étant donné les problèmes soulevés par l’affaire actuelle, on peut légitimement se demander si cette protection est suffisante. Mais tout cela peut bien sûr être discuté, les avis peuvent bien entendu diverger sur ce point, je peux le comprendre aisément, et je le comprends d’autant mieux après avoir entendu les avis du plus grand nombre, auxquels je ne m’attendais pas vraiment.Ce dépôt aurait cependant pu être fait par une personne plus mal intentionnée qui en aurait interdit la reproduction et la diffusion, ce que nous sommes tous d’accord pour refuser. Ce danger existe encore dans tous les autres états.

Je reconnais bien sûr que l’idée de départ n’allait pas si loin… il s’agissait simplement de m’assurer que rien ne s’opposerait à la diffusion de ces logos, par moi ou un autre. Mais devant les attaques dont je suis la cible je pense qu’il est bon d’exposer également mes propres principes.

Je confirme donc publiquement me porter garant de leur utilisation gratuite et légale en France par tous ceux qui se reconnaîtrons dans les idéaux d’Anonymous, et ceci aussi longtemps qu’il me le sera permis par les sympathisants du mouvement. Je répète que jusqu’à présent je ne me suis jamais éloigné de cette voie, ce qu’il est facile de vérifier.

De plus, sans le buzz créé par des sites d’information, et non par ma société, rien n’aurait changé concernant l’utilisation de ces logos et credo, et le dépôt aurait même pu rester silencieux encore des mois ou des années durant…

J’espère que mon message aura été compris, sans doute aurait-il été plus sage d’obtenir par avance l’accord d’une autorité quelconque, mais par définition Anonymous ne dispose d’aucune autorité que l’on contacte.

Je ne me pose pas comme le défenseur acharné des idéaux d’Anonymous, mais comme quelqu’un (comme tant d’autres) qui souhaite pouvoir aider librement ceux qui s’y reconnaissent à défendre et promulguer leurs idées, au même titre finalement que celui qui choisirait un t-shirt à l’effigie d’un personnage historique. Ceci correspond tout-à-fait à la mission initiale de mon site web et ne s’oppose en rien, bien au contraire, à la mouvance Anonymous.

Pour conclure, il ne m’est certes pas agréable de voir mon site web et mes boîtes mails pris d’assaut, mais croyez bien qu’étant donné l’importance relative d’une entreprise telle que la mienne, les objectifs malhonnêtes dont je me vois affublé sont bien plus douloureux que la faillite de mon business.

J’échange actuellement avec l’un des comités de soutien France des Anonymes, à leur demande, je ferai ce qui leur semblera dans l’intérêt du mouvement.

Les activités du site reprendrons aussitôt ce différend résolu.

Bien à vous.
M. Auffret. »[/box]

Selon le responsable du comité de soutien France Anonyme (CSFA) les Anonymous  auraient décidé que les opérations seront stoppées  une fois les licences révoquées.
[box] « Pour info, je reviens d’IRC : ils cesseront toutes opérations et retireront la vidéo, une fois les licences révoquées et des excuses publiques fournies. » indique le responsable du CSFA sur le forum de l’association [/box]
Partagez cet article :