L’année dernière, nous vous rapportions que Kino.to venait d’être arrêté. Un an plus tard, plus d’une douzaine de personnes ont été arrêtées et déférées devant la justice. La dernière condamnation concerne le fondateur du site qui vient d’être reconnu coupable.

L’homme de 39 ans, connu en ligne sous le nom de  Dirk B, est condamné à 4,5 années  de prison et à la saisi de 4,7 millions $ qu’il aurait gagné à partir du site.

L’accusation a déclaré que les opérateurs de Kino.to avaient généré d’énormes profits grâce à la publicité . Dans le cadre de  négociations afin de faire baisser sa peine (Le procureur avait réclamé 11 ans de prison ferme), Dirk B a accepté de remettre environ  4,7 M $ sur les 8M$ de chiffre d’affaires qu’il aurait réussi à générer à l’aide d’une régie de publicité espagnole.

Dirk B est la 6ème personne a être condamnée dans le cas Kino.to. Les autres accusés ont été punis de 2 à 4 ans de prison.

Imaginez tout de même le business et l’économie faites autour d’un seul site et à propos de simples liens ( Kino référençait simplement des liens vers des sites de DDL ou de streaming. )

7 millions d’euros de CA pour le fondateur du site… mais combien pour la régie publicitaire ayant largement profité de la popularité de Kino.to? combien de milliers d’euros ont été reversés aux impôts? Combien de milliers d’euros les hébergeurs de fichers ont-ils gagné grâce aux liens de Kino? Combien de milliers d’euros de retombées financières pour les annonceurs? Sans oublier les retombées financières pour les majors elles mêmes… (donc tout cela sans aucune perte pour les Majors)

Et après les majors nous bassinent que le téléchargement gratuit  ne peux pas être rentable et qu’il est une perte pour l’économie…

Quand se mettront-ils à innover et à s’appuyer sur des solutions existantes au lieu de partir dans une chasse aux sorcières perdue d’avance, dont le seul but est de donner des condamnations exemplaires pour criminaliser le partage de fichiers dans l’inconscient collectif?

 

Partagez cet article :