Megaupload: Kim Dotcom refuse de donner les mots de passe de ses ordinateurs!

Megaupload continue sa bataille juridique, à la fois aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande.

Kim Dotcom, fondateur Megaupload,  exige l’accès à 135 ordinateurs et disques durs qui ont été saisis à son domicile en Janvier, de sorte que les données puissent être utilisées pour assurer sa défense.

Jusque-là, il a toujours refusé de donner les mots de passe permettant d’accéder aux données chiffrées stockées sur ses machines. L’équipe d’avocats de  Dotcom  conteste la légalité des mandats de perquisition devant la Haute Cour d’Auckland et accuse le gouvernement américain d’un combat inégal.

L’avocat a fait valoir que les données sont nécessaires afin de préparer une défense appropriée. Non seulement pour lutter contre l’extradition, mais aussi afin de montrer  «l’action policière excessive» qui a eu lieu durant le raid (perquisition)

L’intégralité de l’opération policière a été filmée par vidéo surveillance et ces vidéos sont justement stockées sur les ordinateurs en question.

Le FBI, cependant, s’oppose à la remise des données parce que certains des fichiers sont cryptés. 

Le Fondateur de Megaupload  refuse en effet de remettre les mots de passe avant d’avoir la garantie de pouvoir lui aussi accéder aux données, avec une surveillance du tribunal si cela est nécessaire.

Au cours de l’audience, l’équipe de Kim Dotcom a également appris que les données stockées sur les ordinateurs avaient déjà été envoyées aux autorités américaines.

Auparavant, le tribunal avait pourtant donné l’assurance que cela n’arriverait pas sans avertissement préalable.

Davison a répondu à ces révélations en expliquant que le processus était « hors des rails » et que les droits du fondateur de Megaupload ont été bafoués.

Les audiences ont eu un effet psychologique sur le fondateur Megaupload. Lorsque son avocat a rappelé la manière dont  Dotcom a été »arraché à sa famille » en Janvier dans un raid qui peut ne pas être légal, il a dû essuyer les larmes de ses yeux.

En sortant de l’audience, Dotcom commente sa réaction .

« C’est juste se souvenir ce qui nous est arrivé je pense que c’était injuste . Je suis juste un être humain, vous savez? « A-t-il dit aux journalistes.

Maintenant que les audiences sont passées, c’est au juge de décider si le fondateur de Megaupload peut avoir accès à ses données personnelles, et de se prononcer sur l’éventuelle illégalité des mandats de perquisition.

Kim Dotcom explique à TorrentFreak que son équipe travaille dur sur une réponse à l’acte l’accusant de conspiration de racket, d’infraction de copyright, de blanchiment d’argent et des deux chefs de fond de violation pénale de copyright.

Que Megaupload ait à se défendre aux États-Unis reste encore incertainLe mois dernier, le juge O’Grady a informé le FBI qu’un procès aux Etats-Unis pourrait ne jamais se produire parce-que il est impossible de poursuivre une société étrangère pour des accusations criminelles.

 

http://torrentfreak.com/megauploads-kim-dotcom-refuses-to-give-up-passwords-120523/

 

Partagez cet article :

Author: Blackistef

Share This Post On