Aujourd’hui a eu lieu la  Journée internationale contre les DRM de la Free Software Foundation (Fondation du Logiciel Libre).

Cette journée est l’occasion de rappeler à quel point ces menottes numériques sont dangereuses pour les utilisateurs comme pour les développeurs de logiciels libres, et empêchent des usages légitimes sur les contenus numériques.

Sous prétexte de « protéger le droit d’auteur », les DRM  permettent un contrôle sur les usages privés des œuvres, organisant une régression des droits du public et une insécurité juridique des développeurs de logiciels libres.

Les DRM sont présents sur de nombreux fichiers telle que la musique en ligne, les ebooks ( livres numériques) mais aussi sur les supports physiques comme les DVD et les BlueRays pour la vidéo.

Il est bon de rappeller que quel que soit le président ce dimanche, la bataille contre les DRM sera loin d’être terminée. En effet, ni François Hollande, ni  Nicolas Sarkozy, ne souhaitent mettre un terme  à la protection juridique des DRM et abroger la loi DADVSI.

La loi DADVSI de 2006, ancêtre de notre loi HADOPI, est toujours de rigueur, et elle condamne et interdit justement le contournement de DRM.

Or, ce contournement est obligatoire pour de nombreux logiciels, dont les lecteurs numériques, de livres  de musique et de vidéo qui doivent accéder aux informations contenues dans ces fichiers.

Par exemple, les développeurs du lecteur vidéo VLC qui ne savent pas s’ils ont le droit de proposer la lecture des disques Blu-Ray.

Au nom du « respect du droit d’auteur », on piétine le droit d’auteur des développeurs de logiciels libres.

Bandeau pour la journée contre les DRM
 Dans le cadre de son questionnaire Candidats.fr, adressé aux candidats à l’élection présidentielle, l’April avait posé plusieurs questions sur les DRM et la loi DADVSI.

[box] « Aucun des deux candidats à l’élection présidentielle ne souhaite visiblement abroger la loi DADVSI, qui ne doit pas être la grande oubliée des lois en i. Profitons de la mise en place de ce nouveau quinquennat pour relancer la lutte contre ces lois qui, une à une, étouffent insidieusement les libertés publiques »[/box]  a déclaré Frédéric Couchet, délégué général de l’April.

https://www.april.org/francois-hollande-et-nicolas-sarkozy-ne-soutiennent-pas-la-journee-internationale-contre-les-drm

Partagez cet article :