Un nouveau rapport publié par  HADOPI elle-même vante les bienfaits de la loi HADOPI et explique qu’elle a permis une réduction  de 50%  du  piratage l’an dernier. 

Alors que les lobbyistes  montrent ces excellents résultats aux politiciens à travers le monde, il y a une chose que le rapport omet de mentionner. 

Malgré la baisse de la piraterie, les revenus obtenus par les voies « légales » sont également en baisse.C’est étrange, étant donné que les années précédentes ces pertes ont été  exclusivement attribuées aux « pirates » et au « téléchargement illégal ».


C’est un heureux évènement pour l’industrie du droit d’auteur. 
En France la très controversée loi HADOPI
 annonce avoir éradiqué de moitié le partage illicite des fichiers!

Un nouveau rapport de la haute autorité Hadopi, idéalement rédigé en anglais  de sorte qu’il puisse facilement être utilisé et brandit par les lobbyistes du monde entier, prétend ce qui suit:

« La comparaison entre les différentes sources disponibles met en évidence une nette tendance au recul du téléchargement illégal en P2P. Rien ne permet d’affirmer qu’il y a eu un report massif des usages vers les technologies de streaming ou de téléchargement direct. »

Le rapport cite ensuite une série de statistiques allant d’une baisse de 29 % de visites des sites «pirates» en 2011, à une baisse de 66 % du partage illégal de fichiers en France durant la même période. Des chiffres impressionnants qui seraient directement liés à loi HADOPI.

Bien que nous n’allons pas contester la validité des statistiques fournies, il est intéressant de souligner qu’il y a quelque chose qui manque dans le rapport. Quelque chose, qui pourtant est  de la plus haute importance.

Pendant plus d’une décennie, l’industrie du divertissement a affirmé que les téléchargements illégaux représentent la principale cause de la baisse progressive de leurs recettes. Donc, si le piratage est  massivement en baisse en France, on s’attendrait à ce que les revenus soient en forte hausse… mais ils ne le sont pas.

Si nous regardons l’industrie de la musique française, nous voyons que les revenus globaux ont  baissé de 3,9 pour cent en 2011.

De même, l’industrie du cinéma français semble également être dans une période difficile avec des revenus en baisse de 2,7 pour cent en 2011. Ironie du sort, un initié de l’industrie avait même blâmé le piratage en ligne de cette baisse.

Pour résumer : en 2011, le piratage en ligne a été réduit de moitié selon le rapport Hadopi, mais en dépit de cette baisse sans précédent les industries du cinéma et de la musique ont réussi à générer moins de revenus qu’en 2010. 

Si nous suivons la logique utilisée par le lobby anti-piratage au cours de la dernière décennie, cela  signifie effectivement que la piraterie  stimule les ventes. Du coup, on pourrait également estimer que HADOPI « tue les Majors » puisque depuis sa mise en place, ces derniers font moins de chiffre d’affaires.

Allez, lobbystes du monde entier, piratez-nous HADOPI, 12millions d’euros par an pour spammer les internautes et tirer une balle dans le pied des majors!

SACEM, Majors et co, lorsque vous aurez compris que les « téléchargeurs »que vous décriez comme des Pirates et des voleurs sont avant tout le public, celui qui consomme et vous permet de vous enrichir,  vous aurez tout compris…mais il sera peut être trop tard.

 

https://torrentfreak.com/french-three-strikes-law-slashes-piracy-but-fails-to-boost-sales-120330/

 

Partagez cet article :