La bataille entre la MPAA et le service d’hébergement de fichiers Hotfile est montée d’un cran devant la cour. Pour étayer l’affirmation selon laquelle Hotfile est un paradis du piratage, la MPAA a récemment commandité une étude qui indique que plus de 90% de tous les téléchargements effectués à travers le site sont contrefaits. Toutefois, dans un rapport confidentiel obtenu par TorrentFreak, un chercheur engagé par Hotfile souligne que le rapport de la MPAA est à la fois «peu fiable» et «non scientifique».


L’an dernier, la MPAA a lancé une action en justice contre Hotfile, l’un des 
plus populaires services d’hébergement de fichiers sur Internet.

La popularité du site est «directement due aux vols numériques massivement favorisés par  Hotfile, » indiquait la MPAA.

Dans un effort de prouver cette revendication, les studios de cinéma ont engagé Richard Waterman, un statisticien  pour découvrir quel pourcentage des téléchargements illégaux se produit sur Hotfile. Waterman a déjà mené des études similaires pour le compte de la RIAA contre LimeWire et isoHunt.

Le rapport du Dr Waterman a finalement conclu que 90,2% de tous les téléchargements quotidiens sur Hotfile sont contrefaits, par opposition à 5,3% qui sont clairement légaux.

Hotfile, a expliqué que ce rapport dépeint une description inexacte de leurs activités quotidiennes et a embauché un expert pour se pencher sur la validité du rapport.

L’hébergeur de fichiers a embauché  Daniel Levy , fondateur et directeur général de l’ AACG (Advanced Analytical Consulting Group). Son travail consistait à évaluer de quelle façon le statisticien s’y est pris pour avancer  les infractions reprochées à Hotfile, depuis la création du site jusqu’au début du procès en Janvier 2011.

TorrentFreak a réussi à obtenir une copie de ce rapport confidentiel qui secoue l’étude financée par la MPAA .

 La principale conclusion du Dr Levy est que le rapport Waterman ne donne « aucune estimation scientifiquement fiable sur l’incidence de comportements prétendument contrefaisants sur ​​le site Hotfile. »

Selon Levy les  90,2% de téléchargements illégaux sont basés sur un échantillon de téléchargements qui n’est pas représentatif du nombre total de téléchargements qui se produisent sur Hotfile.

Entre autre, Waterman exclut de son rapport les téléchargements d’environ la moitié des internautes dans le monde.

Les Téléchargements via ce que l’on appelle les  « Hotlinks » sont également omis, et les téléchargements de fichiers qui ont été soumis par des utilisateurs anonymes n’ont pas non plus été comptés.

« Le Dr Waterman n’a fourni aucune preuve scientifique fiable sur la population globale et sur le type de  téléchargements effectués à partir du site Hotfile et ce quelle que soit la période (de sa création à 2011) »

conclut Daniel Levy.

Mise à part l’affirmation selon laquelle les éléments de preuve ne sont  pas fiables, Daniel Levy note également que le rapport Waterman néglige le fait que Hotfile est également utilisé à des fins autres que le simple téléchargement. Comme cela est courant pour tous les services de stockage, un grand pourcentage de fichiers sont utilisés pour la sauvegarde et ne sont jamais téléchargés par le public.

« Le Dr Waterman a enquêté sur un seul aspect de la façon dont les internautes utilisent Hotfile. Il n’a pas enquêté sur la sécurité de stockage de fichiers, ni sur le transfert de fichiers à but de sauvegarde personnelle. 

54 pour cent de tous les fichiers uploadés sur Hotfile ne sont jamais téléchargés. C’est en effet une distinction importante à faire, mais qui ne devrait pas être une faille  dans le dossier.

En somme, le rapport financé par hotfile met clairement en évidence certains problèmes dans l’étude MPAA, qui peut surestimer les réelles atteintes effectuées sur Hotfile.

Toutefois, il est impossible d’affirmer que le « vrai » pourcentage de téléchargements illicites est inférieure à 90.2%.

C’est maintenant au juge de décider comment utiliser (ou pas) le rapport de la MPAA.

http://torrentfreak.com/hotfile-researcher-discredits-mpaa-funded-piracy-study-120328/

Partagez cet article :