Lors de la semaine dernière, des utilisateurs du service gratuit de RapidShare se sont plaint d’une baisse de la vitesse de téléchargement. Plusieurs théories circulaient, principalement sur le fait que l’hébergeur pousse les utilisateurs à acheter un compte premium. Mais d’après RapidShare, la raison est simple: éloigner les pirates de leurs services. Les téléchargements rapides sont toujours disponibles gratuitement, mais à un genre de coût différent.

 

A la veillée des raids de Megaupload en janvier, TorrentFreak a surveillé sans interruption le monde des cyber-casiers. Nous avons vu la panique des hébergeurs de fichiers et nous avons vu les utilisateurs de leurs services, perplèxes, qui essayaient de trouver des alternatives.

 

Les conséquences étaient fascinantes à observer. Quelques hébergeurs ont fermé et d’autres ont changé leur politique, mais il devint rapidement clair que l’espace immédiatement utilisable est devenu beaucoup plus rare, au moins pour des termes d’utilisation acceptables par les utilisateurs.

 

Ce qui est intéressant (et ce, malgré l’omission flagrante d’un programme de récompense) sur les blogs de warez et les sites pirates, nous avons constaté un accroissement de l’intérêt pour RapidShare. Les visiteurs de ces sites demandaient encore et toujours aux uploaders d’envoyer les fichiers sur l’hébergeur basé en suisse.

 

Il y a un peu plus d’une semaine, des rapports on commencé à signaler que des utilisateurs du service gratuit de RapidShare ont vu des baisses dramatiques de leur vitesse de téléchargement, autour de 30Kb/s. Des spéculations se sont répandues comme quoi la compagnie exploitait les conséquences de la fermeture de Megaupload pour inciter les utilisateurs à acheter les produits premium. Nous avons donc contacté RapidShare, voila leur fascinante réponse.

 

« Le 19 janvier Megaupload a été fermé par le FBI. Peu après, de nombreux autres hébergeurs ont limité leurs services ou ont entièrement stoppé leurs opérations », indique la compagnie à TorrentFreak.

 

« RapidShare a fait face à une augmentation du trafic venant des utilisateurs gratuit et malheureusement une augmentation le nombre d’abus de nos services depuis lors, suggérant qu’un bon nombre de contrevenants au droit d’auteur ont choisi RapidShare comme nouvel hébergeur pour leurs activités illégales », a expliqué la compagnie.

 

« Nous avont donc franchi un douloureux mais efficace pas: réduire la vitesse de téléchargement pour les utilisateurs gratuits. Nous sommes pérsuadés que cela rendra RapidShare très impopulaire parmis les pirates et éloignera donc le traffic abusif.

 

RapidShare indique qu’il y a un lien direct entre les utilisateurs gratuits d’hébergeurs de fichiers et les infractions au droit d’auteur. Ceux qui piratent préfèrent ne pas payer, pense la compagnie, pas seulement parce qu’ils veulent éviter de relier leurs données personnelles de paiement avec un compte qui enfreins les droits d’auteur.

Maintenant, il y aura ceux qui disent que quoi que fasse RapidShare, la compagnie sera toujours consciente que les restrictions méneront les utilisateurs vers des services premium pour accéder à des vitesses de téléchargement plus élevées. Mais il est intéessant de noter que RapidShare offre maintenant d’autres manières pour les utilisateurs d’accélerer leurs téléchargements sans dépenser un sous, fournissant à ceux qui envoient les fichiers originaux auquel ils essayent d’accéder un peu de travail.

 

« Nous savions que de part la mesure que nous avons prise nous aurions une incidence sur certains acheteurs « RapidPro », spécialement ceux qui offrent leurs propres fichiers par des sites ou des blogs et qui dépendent énormément de la possibilité pour les utilisateurs gratuit de télécharger leurs fichiers. Nous avons donc décidé d’offrir à ces clients un genre de déréglementation qui permet aux utilisateurs gratuits de télécharger leurs fichiers avec la vitesse de téléchargement la plus élevée », indique la compagnie.

 

Cela signifie que les utilisateurs qui envoient du contenu devront fournir à RapidShare des détails sur la nature de leurs comptes incluant quels types de fichiers ils partagent, le nom des sites et bogs où les liens de téléchargement sont envoyés, ainsi que leur adresse e-mail et leur numéro de téléphone.

 

RapidShare ajoute qu’en se conformant à ce schéma, les uploaders donnent à la compagnie le droit de vérifier leurs fichiers et leurs sites pour rechercher les activités illégales.

 

Durant ces derniers mois, RapidShare a fait des efforts considérables pour prouver qu’il est un hébergeur responsable qui prend la loi au sérieux, mais cette mesure est probablement l’indication la plus probante que la compagnie veut se dissocier des contenus illégaux et du sort de Megaupload.

 

Article original : http://torrentfreak.com/rapidshare-slows-download-speeds-to-drive-away-pirates-120224/

Partagez cet article :