Après la Pologne, la République Tchèque,  la Slovaquie et  la Lettonie, c’est au tour de la Roumanie puis de la  la Bulgarie d’annoncer un gêle de la ratification ACTA

Malgré le froid, les milliers de manifestants anti-ACTA de l’Europe de l’Est ont réussi à se faire entendre par leurs gouvernements, qui les uns après les autres annoncent qu’ils ne ratifieront pas ACTA.

« Les consultations publiques auront lieu en Roumanie avant toute ratification de l’accord par le parlement, bien que l’ACTA ne nécessite pas de changements dans la législation roumaine ou communautaire » a commenté Ioana Muntean, porte-parole du gouvernement Roumain.

Du côté de la Bulgarie :

« La Bulgarie ne va pas présenter la ratification au Parlement avant que les États membres de l’UE ne s’accordent sur une position commune » a annoncé Traïtcho Traïkov, ministre de l’économie, de l’énergie et du tourisme. Les récentes manifestations « ont montré que la société bulgare n’était pas prête à accepter un accord qui génère même le plus léger doute sur une possible atteinte aux libertés sur Internet« .

La Bulgarie devient ainsi le sixième pays de l’Union européenne à mettre en pause le processus de ratification,

Mais il y a aussi plusieurs pays qui eux ont décidé dès le départ de ne pas signer l’ACTA à Tokyo.  C’est le cas de l’Allemagne, de Chypre, de l’Estonie et des Pays-Bas.

Au total, dix pays sur vingt-sept souhaitent temporiser sur ce projet de traité international. Un bon début, mais un début seulement!

Numérama a réalisé une carte vous permettant de vous rendre compte des gouvernements qui s’opposent à ACTA

http://www.numerama.com/magazine/21660-la-bulgarie-gele-aussi-la-ratification-de-l-acta.html

Partagez cet article :