Alors que le mois dernier l’arrêt de MegaUpload a été largement médiatisé, les détails plus précis de l’attaque de la maison de Kim Dotcom viennent seulement d’être divulgués.

Un nouveau compte-rendu fascinant fait état de la surpenante visite de la maison et de discussions approfondies avec les gardes du corps de Dotcom.

Il a été confronté à des dizaines de policiers armés, dont certains de la force d’élite anti-terroriste néo-zélandaise, qui sont allés jusqu’à demander à une nounou si elle possédait des bombes!

Même après avoir épluché plusieurs fois les détails du compte-rendu d’aujourd’hui de 3Newz , il est plus difficile que jamais de comprendre ce qui s’est vraiment passé dans la maison des Dotcom le mois dernier.

Nous savions que des dizaines de policiers avaient surgi sur les lieux en hélicoptère et qu’ils étaient armés. Mais ce qui est encore plus incroyable est que certains d’entre eux faisaient partie du Special Tactic Group, la force d’élite anti-terroriste néo-zélandaise.

Le STG, surnommé «Les Supers Costauds», s’entraîne avec les forces spéciales aériennes et sont employées à s’occuper des délinquants les plus violents.

Personne dans la maison des Dotcom n’avait de passé violent. En effet, leur principale cible était un homme suspecté d’infraction de copyright en ligne — une infraction en rapport avec l’informatique.

Wayne Tempero, le garde du corps de Dotcom, a dit à 3Newz que la police était équipée de fusils d’assaut et d’armes de poings — les STG sont connus pour utiliser des carabines M4A3 et des pistolets Glock. Tempero a expliqué que deux armes à feu se trouvaient dans la maison des Dotcom — deux fusils, tous les deux déclarés, autorisés et chacun ayant le cran de sûreté verrouillé, et étant enfermé dans un coffre fort.

À 6h45 Tempero a été réveillé par un « bruit effrayant » et après s’être habillé et s’être précipité dehors il a été confronté à un énorme nuage de poussière provoqué par un hélicoptère en vol stationnaire, juste au-dessus du sol.

Tempero,les mains levées, vêtu simplement d’un t-shirt et d’un pantalon de survêtement, a été sommé de se coucher par terre par un officier armé portant un gilet pare-balles.

Tempero souligne que le bruit de l’hélicoptère et des portes enfoncées partout dans la propriété était tellement fort que si la police s’est identifiée, il ne l’a pas entendue.

Les policiers armés sont allés dans l’aire de jeux intérieure où trois enfants s’y trouvaient — âgés pour l’un de 3 ans, un autre de 4 ans, et le dernier de 15 mois, ensemble avec leur nourrice philippine.

De là ils ont accédé à l’une des chambres d’une nourrice, ont défoncé la porte et demandé si elle avait des armes à feu – ou des bombes.

Tempero a questionné deux fois la nourrice pour savoir si elle été sûre qu’ils lui aient demandé si elle avait des bombes – elle lui a répondu qu’elle l’était. « Peut-être que c’est le type de chose que des nourrices philippines détiennent ».

A l’extérieur les gens ont été menottés et mis au sol. Deux agents de sécurité, Tempero lui-même et un philippin, ont été placés à côté d’un fourgon rempli de chiens aboyants.

Pendant ce temps la police était partie à l’étage et essayait de briser la porte des quartiers de Kim Dotcom. Tempero explique que la femme de Dotcom a voulu leur donner le code de sécurité mais ils ont dit ne pas être intéressés et lui demandèrent de descendre.

La police a due abattre trois portes pour arriver à Kim et quand Tempero a été autorisé à remonter à l’étage, six officiers avec des marteaux de forgeron et une scie circulaire essayaient de briser ce qu’ils pensaient être la cachette de Dotcom.

C’était en fait un monte-charge/monte plats de service en panne (ci-dessous).

Dotcom avait en réalité suivi un plan prédéfini à l’avance par son garde du corps, en allant se cacher dans « la Pièce Rouge » pour être en sécurité .

« Que se serait-il passé si deux ou trois policiers étaient simplement venus et avaient demandé à Dotcom de descendre? « demande le journaliste de 3Newz à Tempero.

« Il aurait coopéré, nous aurions été assis à la grande table, il leur aurait probablement offert le petit-déjeuner et il aurait coopéré » a répondu Tempero.

-« Aurait-il fait quoi que ce soit pour détruire le disque dur, afin de mettre un terme à Megaupload ? » a demandé 3Newz . « 

« Certainement pas, pourquoi faire? Il aurait détruit sa défense » a répliqué Tempero.

Malgré la massive opération de police apparentée à un raid anti-terroriste face à lui, Dotcom était dans la panic room« la Pièce Rouge » seul durant plus d’une demi-heure.

« Si Kim avait eu un logiciel ultime de suppression de données où il aurait pu effacer les fichiers de son disque dur ou mettre un terme à Megaupload, aurait-il eu le temps suffisant pour le faire si cela avait été son intention ? » a mis en doute 3Newz.

« Il aurait pu le faire en quelques secondes… » répliqua Tempero.

Il y a peu de doute sur le fait que Kim Dotcom et les autres opérateurs de Megaupload soient accusés de crime grave, mais ce sera à la cour de décider si ces derniers sont innocents ou coupables.

Mais, quelle que soit l’ampleur des infractions reprochées, il s’agit de problèmes de bureaucratie – et de questions informatiques – peu importe ce qu’il a fait ou pas, Kim Dotcom n’est pas un terroriste et n’a jamais été accusé pour cela.

Voici la vidéo de l’excellent reportage de 3Newz. cela ne dure que 10 minutes,je vous invite à la regarder (en anglais)

A en juger par le ton du journaliste de 3Newz, il lutte pour faire la relation entre les délits présumés et la réponse des autorités.

Et il n’est pas le seul.

https://torrentfreak.com/elite-anti-terror-police-went-after-megauploads-kim-dotcom-120207/

Cet article vous est proposé grâce à une traduction collaborative réalisé sur Framapad par Kamui57 et spyreknox. Merci à eux !

N’hésitez pas à participez à la prochaine traduction, pour cela suivez Torrentnews sur twitter ou facebook 😉

Si vous copiez cet article, merci d’ heberger les photos, le serveur de Tn est tout petit 😉

Partagez cet article :