La semaine dernière Hana Beshara, l’une des fondatrices du populaire site de streaming NinjaVideo, a été condamnée à 22 mois de prison.

Beshara est restée libre jusqu’à ce qu’une place soit trouvée dans un centre de détention. Mais après qu’elle ait posté des critiques sur Facebook, les autorités ont demandé de reconsidérer cette décision. En conséquence, la fondatrice de NinjaVideo a immédiatement été incarcérée à la prison locale.

Mi-2010, neuf sites dont ninjavideo.net ont été ciblés par le gouvernement américain.

Hana Beshara, connue en ligne sous le nom de Phara, a été la première des fondatrices a être condamnée. Elle devra passer 22 mois de prison suivis de 2 ans de mise à l’épreuve et de 500 heures de TIG.

Après sa condamnation, Beshara a été libérée, pour lui permettre de passer quelques semaines dans le monde extérieur jusqu’à ce qu’un lit soit disponible dans une prison locale. Cette procédure est commune si une personne est peu susceptible de s’enfuir et ne représente pas un danger pour la société.

Initialement, les autorités n’ont pas protesté contre cette décision, mais quelques heures après le verdict, il semble qu’ils aient changé d’avis. En effet, le Bureau du Procureur a surveillé la page Facebook de NinjaVideo où Beshara pouvait interagir avec d’autres membres de la communauté Ninja.

«Je n’ai jamais balancé, je n’ai jamais quitté Ninjavideo, et je serai toujours fière de ce monde incroyable que nous avons construit, et de cette communauté qui a touché des millions de personnes. Je garde la tête haute. Toujours. Ride or Die, non? « , a été le premier d’une vingtaine de message et dont les autorités ont pris acte.

En dehors de plaisanter sur la façon de passer son temps en prison – en passant un diplôme,ou en gagnant quelques centimes en fabriquant des plaques d’immatriculation – Beshara a encouragé les gens à passer le mot sur sa condamnation. Le fondatrice de NinjaVideo a également été sollicitée pour faire des photos dans des magazines « pour hommes », ou pour que l’on réalise des reportages / documentaires sur son histoire.

Les autorités n’ont pas été amusées par le  franc-parler de la condamnée, et ont immédiatement demandé à la cour de l’incarcérer le plus tôt possible.

« Entre vendredi après-midi et ce matin, Béchara a posté plus de 25 messages sur Facebook, en critiquant le gouvernement ,en encourageant l’infraction du copyright de NinjaVideo.net et en cherchant à contacter  médias et réalisateurs de documentaires pour l’aider à se battre et faire changer l’histoire, selon ses propos »


« Beshara a également affiché plusieurs notes  expliquant que NinjaVideo.net, était désormais accessible à l’adresse www.ninjavideoforum.net »

Selon les autorités, les mises à jour Facebook écrites par la fondatrice NinjaVideo présentent un danger pour la société.

« l’attitude post-condamnation de la prévenue démontre un manque évident de remords sur sa conduite illégale ainsi qu’un mépris du préjudice que ses actions ont causé, ce qui constitue un danger pour la société », écrivent-ils.

La question est : qu’est-ce que les autorités peuvent bien considérer comme une menace pour la communauté dans des messages facebook ?

Une autre option est que les autorités ne veulent simplement pas que Beshara parle en public et ne soit critique, voire sarcastique au sujet de sa condamnation. Sa motivation pour être sous le feu des projecteurs est certainement l’une des principales raisons pour lesquelles les autorités voulaient accélérer sa détention.

Malgré l’opposition de l’avocat de Beshara, aujourd’hui la cour a statué que la fondatrice NinjaVideo devait être enprisonnée. Beshara a été envoyée au centre de détention d’Alexandrie où elle va purger sa peine …

Bon courage à elle dans cette terrible épreuve. Quand à nous Plus que 98 jours pour virer Sarkozy afin que cela n’arrive jamais en France.

http://torrentfreak.com/us-authorities-silence-ninjavideo-founder-rush-her-to-prison-120113/

Partagez cet article :