Vive la France et le défaut de sécurisation HADOPI, instauré par notre ministère de la culture!
Après la  police municipale, après l’Elysée, c’est maintenant au tour de notre ministère de la culture de voir ses adresses ip prisent en flagrant délit de piratage !

Un internaute du site Nikopik.com qui souhaite garder l’anonymat s’est amusé à vérifier si des téléchargements illégaux avaient eu lieu à partir des 65 000 adresses IP appartenant au ministère de la culture! Un travail long et fastidieux, mais qui se voit couronné de succès! Pas moins de 250 adresses IP  auraient été utilisées pour effectuer des téléchargement illégaux durant les 2 derniers mois!

La liste est longue ! Des dizaines de films, séries tv, albums MP3, Logiciels, et même de nombreux films X ! On sait se cultiver au ministère de Mitterrand!

Tous les téléchargements sont listés sur Pastbin : http://pastebin.com/RJy3FnpC

Ça la fout vraiment mal pour notre gouvernement, qui pour le moment fait profil bas, et donnera prochainement une réponse officielle.

Cette réponse nous l’attendons avec impatience!

Concernant les téléchargement illégaux, 4 solutions sont possibles :

-la 1ere: des téléchargement illégaux sont vraiment  effectués au ministère de la culture.

-La seconde : la connexion du ministère est piratée, et les pirates téléchargent illégalement sur leur dos.

-La 3ème : rien de tout ça , aucun téléchargement illégal, les adresses IP sont juste injectées sur le réseau P2P.

-La 4ème : Le site youhavedownload.com raconte que des conneries

Sauf que notre loi HADOPI pondue par ce même ministère de la culture, a justement inventé « le défaut de sécurisation » et se voit donc pris à son propre piège.

Que les téléchargements aient eu lieu ou pas, Chacun est (selon hadopi) responsable de la sécurité  de sa ligne internet ; et donc de son IP si celle-ci se retrouve sur le réseau P2P.

Pour la 4ème solution, à savoir si la technique utilisée par le site youhavedownload est correcte , c’est exactement ce que les internautes reprochent à la société TMG qui s’occupe de relever les IP des pirates pour HADOPI . Une société privée sans aucun contrôle indépendant, sans aucune vérification extérieure, qui annonce que telle IP aurait téléchargé tel fichier sans autre preuve que leur logiciel dont personne ne connait le fonctionnement.

Si le ministère de la culture répond « c’est pas moi » c’est tout le château de carte Hadopi qui pourrait s’effondrer, le ministère devrait alors admettre qu’une adresse IP qui se retrouve sur le réseau P2P n’est pas une preuve !

http://www.nikopik.com/2011/12/au-tour-du-ministere-de-la-culture-detre-flashe-pour-telechargements-illegaux.html#more-4993

Partagez cet article :