Si tu ne vas  pas hadopi, hadopi viendra à toi !

Averti par 3 fois, Robert Thollot, devait se rendre le 21 septembre devant la CPD de Hadopi (Commission de protection des droits)  pour s’expliquer de ses actes. Sous l’affût médiatique la hadopi avait reporté le rendez vous en attendant « les résultats d’investigations complémentaires ».

Finalement, le rendez-vous aura lieu le  29 septembre, et le prof  n’aura pas à se déplacer puisque c’est la Hadopi  qui se déplacera…vu le budget qui sera pioché dans nos impots en  2012,on peut dire que c’était la moindre des choses ! :p

Le professeur  a toujours dit qu’il était innocent. « J’ai 54 ans, je ne sais même pas comment on fait pour télécharger. Et puis David Guetta, Rihanna… ce n’est ni ma génération, ni mes goûts musicaux.

Par la suite il admettra qu’il est déjà arrivé à  sa femme de  « télécharger illégalement » sur internet, mais il  assure qu’aucun  téléchargement illégal n’a eu lieu depuis le 1er avertissement , et qu’il garde pour preuve les factures de toutes les oeuvres dématérialisées qu’il possède et qu’il a acquis légalement. Il assure également que sa femme n’a procédé à aucun des  3 téléchargements reprochés.

C’est l’adresse ip « freewifi » du prof qui a été répérée.

Free propose en effet à tous les freenautes qui acceptent de « partager leur connexion »  d’accéder à la connexion des autres freenautes tout en uilisant leur propre adresse IP.

Par exemple si vous partez en vacances à l’autre bout de la france sans ligne adsl , hop vous pouvez vous connecter aux freebox alentour en utilisant vos propres identifiants (code et mot de passe).  Cependant,  bien qu’il ne soit pas nécessaire d’être un pirate pour obtenir les identifiants Freewifi  (je reviendrais la dessus dans un prochain article), free confirme que les identifiants peuvent être subtilisés par des « pirates » :

Le département des affaires réglementaires de Free a  en effet admis qu’il était « tout à fait possible que [M. Thollot] se soit fait subtiliser ses identifiants après les avoir notés sur un support ou renseignés dans un navigateur Web pour remplissage automatique par sa ou ses machines. Cela peut tout à fait arriver et n’est pas en soi constitutif d’une faute ».

Et oui, pour ceux qui ne sont pas au courant, lorsque vous faites retenir un mot de passe par votre navigateur (internet explorer, mozilla firefox…) pour éviter d’avoir à le taper à chaque connexion, celui-ci peut être subtilisé…

En tout cas, M. Thollot n’a pas l’intention de se laisser faire : « Que la Hadopi fasse ce qu’elle veut ! Moi, je me défendrai jusqu’au bout! Je saisirai la Cour européenne de justice de Luxembourg et la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg si nécessaire! ».

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/10/03/un-professeur-est-convoque-le-12-octobre-par-hadopi-pour-telechargement-illegal_1581590_651865.html#xtor=AL-32280258

Partagez cet article :