Abroger Hadopi, comme s’y engage le Parti socialiste en cas de victoire à la présidentielle, est une « proposition du passé », a estimé le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, mardi en clôturant la convention de l’UMP consacrée à la culture.

Rappelant que Martine Aubry proposait de remplacer la réponse graduée par la licence globale, Mitterrand a estimé que« les recettes issues d’un tel dispositif seraient bien insuffisantes ».

L’abrogation d’Hadopi viendrait aussi « asphyxier l’essor de l’offre légale en ligne, alors même que de nouveaux acteurs européens, comme Deezer ou Spotify pour la musique, sont en plein développement », a déclaré le ministre.

« Il s’agit d’une proposition du passé, qui ne prend pas en compte l’évolution de l’échiquier des acteurs dans un secteur économique en pleine transformation, encore à la recherche de modèles stables », a-t-il jugé.

« Ce combat pour l’Hadopi, il nous faudra le poursuivre activement pendant la campagne », a-t-il souligné.

C’est vrai que c’est plus important d’empêcher les « pirates » de télécharger, que d’empêcher des « touristes sexuels » de pouvoir accéder au pouvoir de notre « démocratie »…

Partagez cet article :