Une veuve de 70 ans à la retraite avait  été accusée de partager un film porno sur BitTorrent . Menacée par un cabinet d’avocats « anti-piratage » , la mamie s’est vue demander de régler la somme de 3500 $ pour stopper la procédure et ne pas se retrouver devant les tribunaux.

Cette affaire a fait grand bruit, la mamie qui ne sait même pas ce qu’est le « BitTorrent » ayant décidé de porter l’affaire devant les médias!

Pour la 1ere fois, les avocats ont décidé de revoir leurs preuves, et d’arriver à la conclusion choquante qu’ ils ont poursuivi la mauvaise personne!

Dans une lettre envoyée à la mamie, les avocats expliquent qu’ils ont fait une erreur. La lettre note également que le vrai pirate ayant  téléchargé et partagé le film porno a été trouvé.

Bien que ce soient d’excellentes nouvelles pour la grand-mère, quelque chose ne tourne pas rond dans cette histoire.

Si l’avocat affirme avoir fait une erreur, et que l’identité du  véritable pirate a été trouvée, cela  signifie qu’ils ont inclus une adresse IP innocente dans la plainte initiale.

Si c’est effectivement le cas, alors nous pouvons nous demander combien de fois ces erreurs ont été commises dans le passé. Comment l’ IP de la mamie a t-elle été blanchie? Comment l’identité du vrai pirate a t-elle été trouvée?

Des questions qui resteront sans réponse par le cabinet d’avocat, dont les méthodes pour relever les ip ne sont d’ailleurs surveillées par aucune autorité indépendante…et oui comme notre bonne vieille Hadopi

 

http://torrentfreak.com/bittorrent-grandma-was-wrongfully-accused-lawyer-admits-110831/

 

Partagez cet article :