Le 5 mai dernier à Bayonne le célèbre  » Serenity »  a été arrêté. Il s’était spécialisé dans les screeners. A l’aide d’une caméra, celui-ci filmait directement les films dans les salles de cinéma. Films qui se retrouvaient par la suite sur les réseaux P2P

Selon ZATAZ.COM, l’homme revendait ses « vidéos » aux trackers, comme Allo Tracker.

Serenity a diffusé plusieurs dizaines de « screeners » dont la première copie de « Rien à déclarer », le film de Dany Boon.

Le pirate sera jugé  demain (9 juin) en correctionnelle au tribunal de Bayonne et risque jusqu’à 5 ans de prison et 350.000€ d’amende .

 

Partagez cet article :