Mais où en est HADOPI? Le volet pédagogique est lancé…mais qu’en est-il du volet répressif?

Selon le figaro, 400 000 « emails d’avertissements » ont déjà été envoyés aux pirates. Sur ces 400 000 « pirates, seuls 3500 internautes ont été pris en flagrant délit de « re »piratage et ont reçu une lettre recommandée..et sur ces 3500 seules quelques dizaines d’internautes auraient été surpris à nouveau en train de télécharger illégalement.

L’identité des pirates devrait donc être remise entre les mains d’un juge qui pourrait ordonner la suspension de leur connexion internet et leur infliger une amende …cependant il n’en sera rien ! Mais pourquoi?

  • La « haute autorité » aurait pu parler de  L’ONU qui condamne la loi Hadopi.
  • L’ Hadopi aurait  pu  admettre que l’on ne peut pas accuser un internaute de négligence caractérisée alors qu’aucun logiciel ne permettra jamais cette protection!
  • Celle-ci aurait également pu admettre, que toute personne accusée, qui se retournerai contre les tribunaux aurait toutes les chances de gagner, et qu’une seule victoire rendrait caduque la loi HADOPI…

Mais non, Hadopi préfère expliquer  (accrochez vous) qu’elle vient de se rendre  compte que si un internaute a téléchargé un fichier illégal avant la loi Hadopi, Et bien ce  fichier pirate se met tout seul en partage à l’insu de l’internaute dès que celui-ci ouvre son logiciel P2P ! (heu c’est pas le but du P2P par hasard)

Et c’est donc en ouvrant leurs logiciels P2P qui servent bien souvent à diffuser des fichiers légaux, notamment des documents de travail (précise le figaro :p) que les internautes auraient été des pirates sans le vouloir…

C’est à se taper la tête par terre…

Mireille Imbert Quaretta précise que les dossiers ne seront donc pas transmis aux juges …or il s’agirait des seuls cas découverts. Elle explique que les internautes devraient vider les fichiers partagés sur leurs logiciels P2P… (merci à elle pour la découverte de cette faille de sécurité) et indique «nous avons définitivement un rôle pédagogique à jouer. Et cela marche. La plupart des gens qui téléchargeaient illégalement arrêtent après le premier avertissement».

Si le but et effectivement que les internautes arrête de laisser trainer leurs adresses IP sur les réseaux P2P….. effectivement cela marche…. à part ça cela fait un peu chère la machine à SPAM pédagogique non?

 

Partagez cet article :